Les différents compléments de fer naturels

Suite à de nombreuses études réalisées, on a pu démontrer que la spiruline est une excellente source de fer. Bien que végétale, elle est aussi bien absorbée que celle de la viande ou des œufs. C’est également une source non négligeable de vitamines B1, B2 et B12. Le boudin, les lentilles, le foie, les haricots, les épinards, les huîtres, les pistaches, les moules, le persil, les pois chiches, les pois cassés, le pourpier, la poudre de cacao, le sucre brun de canne, le sésame, les topinambours et le thé noir sont aussi bourrés de fer. Il ne vous reste plus qu’à les consommer en compléments des sources alimentaires de fer. Sachez que dans les aliments, le fer existe sous deux formes principales : héminique et non héminique. La viande rouge, la volaille, le poisson et les fruits de mer renferment du fer à la fois héminique et non héminique. Les fruits séchés, la mélasse, les grains entiers, les légumineuses, les légumes verts, les fruits à écales, les graines, les œufs et les produits laitiers renferment uniquement du fer non héminique.

Les carences en fer chez la femme et l’enfant

Le fer est un oligo-élément minéral imperceptible mais présent dans de nombreux aliments. Fatigue physique, psychique et mentale, chute de cheveux, ongles cassants, tendance dépressive, saignements sont autant de symptômes annonciateurs d’une carence en fer. Chez l’enfant, la simple déficience affecte la croissance et le développement intellectuel, notamment chez les nourrissons et le jeune enfant. Lors de la grossesse, une déficience en fer augmente les risques d’avortement, d’accouchement prématuré et d’hypotrophie fœtale. A l’accouchement, elle majore les risques d’hémorragie et d’infection. Chez la femme, une carence en fer entraine règles plus abondantes, fatigue, pâleur, essoufflement, palpitations, vertiges. De plus, les femmes sont victimes d’un accroissement des risques d’infections mycosiques ou bactériennes, de candidoses digestives et vaginales ainsi que de folliculite.

Le fer pour oxygéner les tissus et le cerveau

Le fer est indispensable pour maintenir l’oxygénation des tissus ; dans les globules rouges pour le transport de l’oxygène par l’hémoglobine, et dans les muscles pour la myoglobine. Il est indispensable pour conserver l’énergie pour le cerveau et pour l’immunité. Il est nécessaire au bon fonctionnement des glandes endocrines, notamment l’hypophyse et la thyroïde. Il agit comme agent anti-infectieux dans les sécrétions salivaires, lacrymales, bronchiques, séminales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *